OBÉSITÉ: L'additif alimentaire qui pourrait vous couper l'appétit – Gut

SHARE :

L’idée serait de compenser l’insuffisance des fibres dans le régime alimentaire de la plupart d’entre nous par un additif qui entraine la même libération d’acides gras à chaîne courte (AGCC), ces graisses stimulant la libération d’hormones de la satiété. Bref, ces chercheurs britanniques projettent d’ajouter au pain, par exemple, cet additif, en l’occurrence le propionate, afin d’en faire un pain spécial "minceur". Leur étude présentée dans la revue Gut, fait cependant la preuve du concept, avec des conclusions très prometteuses.

 

La flore bactérienne du côlon permet la fermentation des fibres alimentaires, qui produisent des acides gras à chaîne courte. Ces AGCC stimulent la libération de certaines hormones de l’intestin, appelées peptide YY et glucagon-like peptide-1 (GLP-1), en stimulant un récepteur de l’intestin appelé FFAR2. Ces hormones signalent aux centres de l’appétit dans le cerveau que nous sommes rassasiés. Des données récentes suggèrent qu’un composé, à forte affinité avec le récepteur FFAR2, le propionate, pourrait induire le même effet et donc jouer un rôle important dans la régulation de l’appétit.

 

Les chercheurs de l’Imperial College de Londres, de l’Université de Glasgow et d’autres instituts de recherche au Royaume-Uni et en Australie ont mené cette étude auprès de 60 participants, âgés de40 à 65 ans, avec IMC de 25 à 40, assignés à recevoir, durant 24 semaines, le composé lié à un polymère de manière à pouvoir le délivrer intact à l’intestin ou un placebo et optimiser la libération des hormones PYY et GLP-1. Au début de l’étude et après 24 semaines, les participants ont renseigné leur régime alimentaire et leur pratique de l’activité physique et différentes mesures ont été effectuées donc celle du poids corporel. 49 participants ont achevé l’étude.

 

Un gain de poids significativement réduit avec l’additif:

·         1 seul participant du groupe intervention a vu son poids corporel progresser vs 6 sur 24 dans le groupe témoin,

·         aucun des participants du groupe intervention n’accuse de prise de poids substantielle, vs 4 dans le groupe témoin,

·         la tendance est à une plus grande perte de poids dans le groupe propionate (non significatif),

·         la proportion de masse grasse dans le groupe intervention est nettement inférieure vs groupe témoin.

·         aucune différence dans le contrôle de la glycémie n’est constatée entre les deux groupes.

·         Le cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) est réduit seulement dans le groupe d’intervention.

 Quelques nausées et flatulences sont les seuls effets secondaires, légers, rapportés.

 

C’est donc une première démonstration, prometteuse, qu’une supplémentation en propionate peut prévenir la prise de poids chez les humains adultes en surpoids. Cependant, dans l’attente de plus larges études, on peut opter tout simplement pour une alimentation riche en fibres.

 

Source: Gut December 10 2014 doi:10.1136/gutjnl-2014-307913 Effects of targeted delivery of propionate to the human colon on appetite regulation, body weight maintenance and adiposity in overweight adults

Plus d’études sur l’Obésité

Accéder à notre dossier Obésité de l’enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-)- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr