Journée mondiale du SIDA 2014: 5 ans pour combler l'écart – Onusida

SHARE :

Tout va se jouer sur les 5 prochaines années. Car il reste 5 ans pour éviter un rebond de l’épidémie, indique Onusida, à l’occasion de cette Journée mondiale du SIDA du 1er décembre. 5 années pour éviter près de 28 millions de nouvelles infections. Car le message d’espoir est aussi là, une mobilisation accélérée au cours des 5 prochaines années, ciblée sur les pays et les groupes de population les plus touchés, permettrait de mettre fin à l’épidémie de sida en 2030.

 

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH / sida (ONUSIDA) envisage ainsi une offensive  » fast track  » pour continuer à  » plier la trajectoire de l’épidémie ». Il s’agit d’une nouvelle série d’objectifs à atteindre d’ici à 2020 incluant :

1.     un taux de dépistage des infections à 90% : 90% des personnes vivant avec le VIH doivent pouvoir connaître leur statut sérologique;

2.     un taux de traitement de 90% : 90% des personnes qui connaissent leur statut VIH-positif doivent avoir accès au traitement;

3.     un taux de réussite de 90% : 90% des personnes sous traitement doivent voir leur charge virale supprimée.

 

A juin 2014, 13,6 millions de personnes avaient accès à la thérapie antirétrovirale, ce qui confirme l’espoir d’aboutir à 15 millions à fin 2015. Cependant des efforts restent nécessaires pour élargir encore l’accès au traitement pour les enfants et pour réduire l’incidence à 500.000 en 2020 vs 2,1 millions de nouvelles infections à VIH, en 2013, dont 240.000 chez des enfants.

En 2013, 1,5 million de personnes sont décédées de maladies liées au sida dans le monde.

 

Financer : Pour pouvoir atteindre ces objectifs, le soutien financier international reste nécessaire en compl"ment des investissements nationaux, en particulier dans les pays à faible revenu, qui ne peuent couvrir que 10% de leurs réponses au VIH. Faute d’investissements internationaux, les ressources pour la lutte contre le sida seraient largement insuffisantes à compter de 2020.

 

Cibler : Les efforts doivent être ciblés sur les 30 pays qui concentrent 89% des nouvelles infections à VIH dans le monde ainsi que sur les groupes de population les plus à risque :

·         Ainsi, le VIH reste la principale cause de décès parmi les femmes en âge de procréer et 54% des femmes enceintes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n’ont pas accès au test,

·         les adolescentes et les jeunes femmes représentent près de 60% des nouvelles infections chez les jeunes de 15 à 24 ans,

·         en Afrique, les maladies liées au sida sont la principale cause de décès parmi les adolescents de 10 à 19 ans,

·         les HSH sont 19 fois plus susceptibles de vivre avec le VIH,

·         la prévalence du VIH parmi les professionnel(le)s du sexe est 12 fois plus élevée qu’en population générale,

·         enfin, la prévalence du VIH est jusqu’à 28 fois plus élevée chez les usagers de drogues injectables.

 

Aujourd’hui, seuls 37% des adultes et 24% des enfants vivant avec le VIH bénéficient d’un accès au traitement.

 

Source : ONUSIDA

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr