Un MICROBIOTE intestinal sain préserve du syndrome métabolique – Gastroenterology

SHARE :

Un microbiote intestinal sain est aussi le résultat d’un régime alimentaire diversifié et équilibré. Cette étude de la Georgia State University apporte ainsi de nouvelles preuves de l’importance de la nutrition et du rôle du microbiote intestinal dans la prévention du syndrome métabolique, une combinaison de facteurs d’un risque accru de maladies cardiaques, de diabète et d’AVC. Ses conclusions viennent d’être présentées dans la revue Gastroenterology.

 

Le syndrome métabolique est la combinaison de 3 facteurs de risque, parmi un grand tour de taille, un taux élevé de triglycérides, un faible niveau de bon cholestérol HDL, une hypertension artérielle et une glycémie élevée à jeun. Une personne atteinte du syndrome métabolique présente un risque double de développer une maladie cardiaque et multiplié par 5 de diabète.

 

Le Dr. Andrew Gewirtz, professeur à l’Institut des sciences biomédicales de l’Université d’Etat de Géorgie et auteur principal de l’étude, avec des collègues de la Georgia State et de la Cornell University, avaient déjà étudié dans de précédentes recherches comment des altérations du microbiote intestinal pouvaient jouer un rôle dans le développement du syndrome métabolique.

De précédentes études ont déjà montré que Le microbiote intestinal quand il est déréglé peut favoriser les maladies inflammatoires chroniques telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ou l’inflammation qui conduit au syndrome métabolique. En particulier, les chercheurs ont montré comment la perte d’une protéine, TLR5 (Toll-like receptor 5), chez certaines cellules qui tapissent la surface de l’intestin (épithélium) va réduire la réponse aux bactéries et faire évoluer le microbiote vers une population bactérienne plus agressive qui peut conduire à l’inflammation.

 

Favoriser un microbiote sain pour prévenir la maladie métabolique : Dans cette nouvelle étude, l’équipe montre chez des souris qui ne différent que par l’absence du gène TLR5, comment l’absence de TLR5 sur la surface intestinale entraîne des modifications dans les bactéries qui entraînent une inflammation, ce qui conduit au syndrome métabolique.

Des résultats qui confirment que favoriser un microbiote plus sain peut prévenir la maladie métabolique.

 

Source: Gastroenterology Intestinal Epithelial Cell Toll-like Receptor 5 Regulates the Intestinal Microbiota to Prevent Low-Grade Inflammation and Metabolic Syndrome in Mice

Plus d’études sur le Microbiote intestinal

Lire aussi : MICROBIOTE: L’alimentation peut réduire la maladie auto-inflammatoire

ALIMENTATION: Diversité alimentaire ne veut pas dire diversité du microbiote

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr