GRIPPE AVIAIRE A (H5N8): Un risque humain extrêmement faible en UE – ECDC

SHARE :

Si l’alerte est donnée dans les médias sur le risque de grippe aviaire, ce risque est estimé comme  » extrêmement faible  » par les Autorités sanitaires européennes dont l’European Center for Disease Control and Prevention (ECDC). Certes, il y flambées de grippe aviaire A (H5N8) dans les exploitations de volailles en Europe dont en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni mais le risque reste extrêmement limité pour le grand public. D’ailleurs, à ce jour et dans le monde, aucune infection humaine par ce virus n’a été signalée.

 

Le 6 Novembre 2014, les autorités allemandes signalaient l’épidémie de grippe A (H5N8) dans une exploitation comportant 31.000 dindes dans le nord-est de l’Allemagne. Le 16 Novembre 2014, les autorités néerlandaises signalaient la même épidémie de grippe A (H5N8) dans une exploitation avec 150.000 poules pondeuses au nord-est de Rotterdam. Le 16 Novembre 2014, les autorités britanniques signalaient une épidémie de grippe A (H5N8) dans une exploitation comportant 6.000 canards dans le North Yorkshire. Sur ces 3 sites, l’abattage des volailles affectées, une surveillance et une enquête ont immédiatement été mises en œuvre.

 

A (H5N8) est un virus hautement pathogène et on ignore encore comment le virus a été introduit en Europe et comment ces volailles ont été infectées. L’infection à A (H5N8) a été détectée chez les oiseaux sauvages en Asie il y a plusieurs semaines, entrainant plusieurs épidémies dans des élevages de Corée du Sud, du Japon et de la Chine. Et c’est la première fois que cette grippe aviaire A (H5N8) est détectée en Europe.

 

 A (H5N8) a la capacité de provoquer des infections asymptomatiques chez les oiseaux sauvages t les volailles, mais, à ce jour, aucune infection humaine n’a été signalée, précise l’ECDC.

Cependant l’Agence précise que les personnes en contact direct avec des volailles infectées pourraient être à risque d’infection et doivent donc faire l’objet d’une surveillance durant 10 jours pour documenter d’éventuels symptômes. Les autorités locales pourraient aussi envisager une prophylaxie antivirale, ainsi que la vaccination classique contre la grippe saisonnière pour les professionnels en contact permanent avec les volailles.

 

En conclusion, la menace de contamination humaine est jugée comme très faible. Afin de prévenir la propagation du virus, une directive européenne a été votée. Elle exige que les États membres aient prévu un plan d’urgence comprenant les procédures d’élimination des volailles infectées, des équipements contaminés, de nettoyage et de désinfection des exploitations touchées. Les personnes en contact direct avec des volailles infectées avant ou pendant l’abattage doivent évidemment se faire connaître auprès des autorités sanitaires en cas de symptômes pseudo-grippaux, tels que la fièvre ou la conjonctivite. Enfin, à ce jour, il n’existe aucune preuve épidémiologique que la grippe aviaire puisse être transmise aux humains par la consommation d’aliments cuits, notamment la viande de volaille et les œufs.

 

Source: ECDC Rapid Risk Assessment on Outbreaks of highly pathogenic avian influenza A(H5N8) in Europe

Plus d’études et de données sur la Grippe aviaire

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr