VACCINATION: Les pharmaciens acteurs de la prévention – Académie nationale de Pharmacie

SHARE :

C’est ce que suggère l’Académie nationale de Pharmacie dans le rapport  » Missions d’intérêt public du pharmacien et qualité des services en officine » remis à la Ministre de la Santé : Autoriser les pharmaciens d’officine à pratiquer certaines vaccinations en pharmacie dans le respect de conditions prédéfinies.

 

Une priorité : la prévention collective : Dans un contexte d’érosion de la couverture vaccinale et de méfiance d’une partie de la population à l’égard des vaccins en général, il est utile que les pharmaciens d’officine puissent selon leurs compétences, contribuer à l’amélioration de la prévention vaccinale au titre des soins de premier recours à côté des médecins et des infirmiers au bénéfice de la santé publique.

 

Proximité et sécurité : Le pharmacien est l’interlocuteur habituel des populations non vaccinées. Sans rendez-vous ni coût, la pharmacie de proximité permet de délivrer une information pertinente sur le bénéfice individuel et collectif de la vaccination. Ainsi un conseil personnalisé peut conduire à une décision de vaccination ou d’orientation vers le médecin en facilitant une compréhension approfondie.

La vaccination en pharmacie présente aussi l’intérêt d’éviter la rupture de la chaîne du froid et facilite la traçabilité des injections au numéro de lot. De plus, grâce au Dossier Pharmaceutique, le pharmacien pourra contribuer à la gestion active des rappels de vaccination. Il est à noter que depuis des années, plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du nord ont adopté la vaccination par le pharmacien.

 

Nécessité de protocoles validés : L’injection ne saurait être pratiquée que sur la base de protocoles validés par les autorités compétentes (type de vaccins concernés, conditions d’administration, contre-indications…). Elle peut être également réalisée sur prescription médicale. Une formation professionnelle spécifique s’impose et un espace de confidentialité dans la pharmacie est requis.

 

Des pharmaciens volontaires et spécialisés : Tenus à des activités obligatoires, les pharmaciens d’officine peuvent, depuis 2009, proposer des services spécifiques à caractère facultatif. Pour les raisons qui précèdent, les pharmaciens d’officine n’ont pas tous vocation à pratiquer la vaccination. Cette dernière devrait faire partie de tels services, au titre d’activité spécialisée pour laquelle le pharmacien serait qualifié.

 

Complémentarité interprofessionnelle : Afin de permettre une meilleure prévention par la vaccination et d’assurer la continuité des soins, le partage d’informations comme la traçabilité des injections au numéro de lot s’imposent. Au-delà de la délivrance du vaccin, l’acte protocolisé de vaccination serait enregistré dans le Dossier pharmaceutique, avant, à terme, d’être intégré dans le Dossier médical.

 

Au bénéfice de la santé publique, la vaccination par le pharmacien s’inscrit dans une plus grande facilité d’accès à la vaccination pour tous nos concitoyens et une complémentarité interprofessionnelle améliorant ainsi l’efficience des soins de premier recours.

 

Source: Communiqué Académie nationale de Pharmacie

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr