CANCER de la PROSTATE: Et si on lui tordait un gène? – Oncogene

SHARE :

 » Tordre  » le gène SRPK1 impliqué dans le contrôle de l’angiogenèse dans le cancer de la prostate pour affamer ainsi les cellules cancéreuses, c’est la nouvelle approche suggérée par ces chercheurs britanniques, prometteuse si l’on en croit les résultats obtenus ici sur la souris et présentés dans la revue Oncogene.

 

Les chercheurs des universités de Bristol et de Nottingham et de l’University of the West of England rappellent que le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes et font valoir que leur technique, basée sur l’injection d’un inhibiteur de la protéine SRPK1 ouvre une voie thérapeutique prometteuse contre ce cancer mais aussi tous les types de cancers dont la croissance est liée à l’angiogenèse. Car la formation des vaisseaux sanguins est alors nécessaire pour apporter de l’oxygène et des nutriments aux cellules cancéreuses -et pour éliminer les déchets. L’angiogenèse est induite par le facteur de croissance endothéliale vasculaire (VEGF) et les anti-VEGF font déjà partie des thérapeutiques du cancer. Cependant, la « forme » de VEGF est contrôlée par une autre protéine SRSF1 sous l’influence d’une autre protéine.  SRPK1 semble ainsi bien impliqué dans la régulation de l’angiogenèse. Sans l’intervention de SRPK1, le développement des vaisseaux sanguins est significativement réduit. Du moins chez la souris.

 

Les chercheurs ont d’abord examiné les niveaux de SRPK1 et SRSF1 dans 17 échantillons de cancer de la prostate de l’homme. Ils constatent que les niveaux de SRPK1 ou SRSF1 sont augmentés dans les cellules cancéreuses de la prostate. Les chercheurs ont donc voulu regarder l’efficacité d’inhibiteurs de SRPK1 dans le traitement du cancer de la prostate.

Sur des souris modèles de cancer de la prostate, ils constatent, qu’inhiber SRPK1 ralentit considérablement la progression tumorale ; les tumeurs sont de plus petite taille et présentent moins de vaisseaux sanguins.

 

Inhiber SRPK1 pour bloquer la croissance tumorale : La modulation de SRPK1 et l’inhibition de l’angiogenèse tumorale par régulation de VEGF permet de ralentir la croissance de la tumeur de la prostate et les inhibiteurs de SRPK1 semblent une thérapeutique anti-angiogénique prometteuse dans le cancer de la prostate. Néanmoins, il reste du chemin à parcourir avant de pouvoir adapter ces résultats encourageants en pratique clinique.

 

Source: Oncogene November 10 2014 doi:10.1038/onc.2014.360 Serine–arginine protein kinase 1 (SRPK1) inhibition as a potential novel targeted therapeutic strategy in prostate cancer

Plus d’études sur le Cancer de la Prostate

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

2 commentaires pour l'article “CANCER de la PROSTATE: Et si on lui tordait un gène? – Oncogene”

  1. […] « Tordre » le gène SRPK1 impliqué dans le contrôle de l’angiogenèse dans le cancer de la prostate pour affamer ainsi les cellules cancéreuses, c’est la nouvelle approche suggérée par ces chercheurs britanniques, prometteuse si l’on en croit les…  […]

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr