ALIMENTATION: Cuisiner c'est manger moins et mieux manger – Public Health Nutrition

SHARE :

Faire la cuisine, c’est presque l’assurance d’une alimentation équilibrée et c’est le début d’un mode de vie sain : Moins de calories consommées, aliments plus variés, apports suffisants en nutriments, les gens qui cuisinent à la maison ont une alimentation plus saine, souligne cette étude de l’Université John Hopkins. Ces conclusions présentées dans la revue Public Health Nutrition, suggèrent ainsi d’intégrer les programmes d’éducation culinaire dans les interventions contre l’obésité.

 

Précisément un repas préparé à la maison comporte en moyenne moins de glucides et moins de matières grasses que tout autre mode alimentaire. Mais ce n’est pas tout, les personnes qui cuisinent souvent, 5 ou 6 fois par semaine, vont aussi manger de manière plus équilibrée et consommer moins de calories lorsqu’elles mangent  » dehors « , au restaurant ou chez des amis. Et ces conclusions valent même lorsqu’on ne cherche pas à perdre du poids, explique Julia A. Wolfson, chercheur à l’Université Johns Hopkins et auteur principal de l’étude.

 

Les chercheurs ont analysé les données de plus de 9.000 personnes âgées de 20 ans et plus participant à l’Enquête NHANES (National Health and Nutrition Examination Survey) sur leur alimentation détaillée sur une durée de 24 heures et autres comportements alimentaires sur les 30 derniers jours.

L’analyse constate que,

·         8% des participants préparent leur dîner une fois ou moins par semaine. Ces personnes consomment en moyenne 2.301 calories, 84 grammes de graisses et 135 grammes de sucre par jour.

·         48% des participants préparent leur dîner 6 à 7 fois par semaine, ils consomment en moyenne 2.164 calories, 81 grammes de graisses et 119 grammes de sucre par jour.

·         les personnes qui cuisinent à la maison utilisent moins fréquemment des surgelés et choisissent moins fréquemment de consommer des fast-foods.

·         Enfin, les personnes qui travaillent plus de 35 heures par semaine en dehors de la maison cuisinent, forcément, aussi moins souvent.

 

Cuisiner son dîner ou celui de la famille permet une alimentation plus équilibrée, à la maison et même de faire des choix plus sains au restaurant. Apprendre à faire la cuisine et aimer faire la cuisine apparaît donc comme un outil de prévention à part entière contre l’obésité.

 

Source: Public Health Nutrition et American Public Health Association Is cooking at home associated with better diet quality or weight-loss intention?

Lire aussi:

OBÉSITÉ: Pour l’éviter, rien ne vaut les repas en famille!

Le FAST FOOD, c’est 200 calories de plus qu’à la maison

Adolescence et OBÉSITÉ: 1 repas par semaine en famille préserve déjà du surpoids

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l’enfant (1/6)

Troubles du comportement alimentaire

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr