NEURO: Un virus de l'algue verte vient grignoter notre cerveau – PNAS

SHARE :

Identifié dans l’analyse de prélèvements de mucus de la gorge, ce virus d’algue verte s’avère corrélé au dysfonctionnement cognitif. C’est un nouveau virus capable d’affecter nos performances cognitives qui vient ainsi d’être découvert. Jusque-là, ce chlorovirus, ATCV-1 (Acanthocystis turfacea chlorella 1) était connu pour infecter les algues vertes mais on ignorait qu’il pouvait infecter les humains ou les animaux. Or il se trouve que l’exposition à ATCV-1 entraine des changements importants dans la régulation de plus de 1.000 gènes, entrainant, en particulier, une altération du fonctionnement cognitif. C’est aussi la preuve que d’autres virus encore inconnus pourraient avoir des effets sur la santé et le comportement humain.

 

Les liens entre les infections virales et le développement du cerveau restent encore largement inconnus. Cette analyse de virus prélevés sur les gorges de 33 adultes en bonne santé rapprochée de l’évaluation de leur fonctionnement cognitif montre que les communautés microbiennes peuvent affecter de nombreuses fonctions biologiques, y compris les performances cognitives.

Ce chlorovirus (en rouge sur le visuel) infecte normalement les algues. Cependant, cette analyse ADN de prélèvement de gorge sur des participants sains a permis de l’identifier aussi distinguer dans le microbiome (virome) humain. Le Dr Robert Yolken de l’Université Johns Hopkins qui étudie les liens entre les infections virales et le développement du cerveau en identifie des séquences génétiques dans les prélèvements de 44% (40 sur 92) des participants de l’étude.

 

L’infection à ATCV-1 chez l’homme associée à une réduction du traitement visuel : Lorsque son équipe rapproche la présence d’ATCV-1 et la performance cognitive des participants, l’infection à ATCV-1 s’avère associée à une diminution des scores sur les tests de traitement visuel. En revanche, aucune différence de performance n’est identifiée sur des tests de connaissances générales.

 

Des résultats encore plus largement confirmés sur la souris : La souris infectée, elle-aussi, fait moins bien et sur plusieurs tests cognitifs. L’expression de 1.000 gènes dans l’hippocampe, la zone du cerveau impliquée dans l’apprentissage, la mémoire et le comportement, apparait modifiée.

 

Les recherches vont se poursuivre sur les effets du virus sur la cognition humaine. Au-delà, l’étude ouvre la voie à d’autres recherches sur d’autres virus encore inconnus et probablement nombreux, pouvant altérer notre fonctionnement cognitif.  

 

Source:  PNAS November 11, 2014 doi: 10.1073/pnas.1418895111 Chlorovirus ATCV-1 is part of the human oropharyngeal virome and is associated with changes in cognitive functions in humans and mice et NIH Algal Virus Infects, Affects Humans (Visuel@ Kit Lee et Angie Fox, University of Nebraska-Lincoln).

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Un commentaire pour l'article “NEURO: Un virus de l'algue verte vient grignoter notre cerveau – PNAS”

  1. […] Identifié dans l’analyse de prélèvements de mucus de la gorge, ce virus d’algue verte s’avère corrélé au dysfonctionnement cognitif. C’est un nouveau virus capable d’affecter nos performances cognitives qui vient ainsi d’être découvert.  […]

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr