CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l’espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical Oncology

SHARE :

Olaparib, un traitement expérimental des cancers liés à BRCA, par prise orale deux fois par jour, démontre un taux global de réponse de 26% selon cette étude américaine menée chez près de 300 patients avec cancers avancés avec mutations BRCA1 et BRCA2. Ces nouvelles données, publiées dans le Journal of Clinical Oncology ouvrent une option prometteuse de traitement et l’espoir d’améliorer le taux de survie chez les patients atteints de cancers de l’ovaire, du sein, du pancréas et de la prostate qui n’ont pas répondu aux traitements standards.

 

 

 

Les chercheurs de l’Abramson Cancer Center de l’Université de Pennsylvanie ont testé le médicament chez près de 300 patients avec cancers à mutations BRCA1 et BRCA2 toujours en croissance malgré les traitements standards. Ils rappellent qu’environ 5% des cancers du sein et 10% des cancers de l’ovaire sont associés à une mutation héréditaire de BRCA1 ou BRCA2. Dans cet essai, Olaparib était au moins le troisième traitement pour la majorité des participants.

 

L’essai montre un taux de réponse tumorale de 26% et une survie à 1 an de :

 

·         64% chez les patientes atteintes de cancer de l’ovaire (avec une survie sans progression médiane de 7 mois)

 

·         45% chez les patientes atteintes de cancer du sein (avec une survie sans progression médiane de près de 4 mois)

 

·         41% chez les patients atteints de cancer du pancréas (avec une survie sans progression médiane de près de 5 mois)

 

·         50% chez les patients atteints de cancer de la prostate (avec une survie sans progression médiane de plus de 7 mois)

 

Au global, les chercheurs constatent l’absence de croissance tumorale pendant au moins 8 semaines chez 42% des patients.

 

Enfin, 54% des participants ont éprouvé des effets secondaires, dont le plus courant était l’anémie (17%).

 

 

 

Olaparib est un inhibiteur de PARP (poly (ADP-ribose) polymérase), une protéine utilisée par les cellules saines, mais également par les cellules cancéreuses pour réparer leurs dommages à l’ADN. Olaparib se lie sélectivement à PARP et l’empêche ainsi de réparer les lésions de l’ADN dans les cellules cancéreuses.

 

 

 

Les auteurs notent que la réponse positive observée chez les patients atteints de cancer du pancréas métastatique est particulièrement remarquable, étant données les options thérapeutiques très limitées pour ces patients. Enfin, ces résultats ouvrent un nouvel espoir pour les patients atteints de cancers liés aux mutations héréditaires sur les gènes BRCA1 et BRCA2.

 

 

 

N.B. Cet essai a été soutenu par le Laboratoire AstraZeneca.

 

 

 

Source: Journal of Clinical Oncology November 3, 2014  doi: 10.1200/JCO.2014.56.2728Olaparib Monotherapy in Patients With Advanced Cancer and a Germline BRCA1/2 Mutation

 

Lire aussi:CANCER de l’OVAIRE et du SEIN : Olaparib, une thérapie révolutionnaire

 

 

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

7 commentaires pour l'article “CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l’espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical Oncology”

  1. Ollivier dit :

    Sous traitementpar olaparb depuis peu et n’ayant pas de mutation des gènes Brca,1et 2a est ce nécessaire de le suivre,?

  2. peretti dit :

    Concernant votre article « CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l’espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical Oncology »

    Pour info, depuis décembre 2013, la phase III a commencée !!
    Je suis moi même en essai clinique à l’IGR de villejuif
    donc le dernier paragraphe de votre article est erroné : « des essais de phase III sont envisagés »

    Merci de votre correction 😉

    • Bonjour,

      Merci pour l’intérêt que vous portez à nos publications et votre contribution.
      Nous venons de corriger la dernière partie de notre article.
      Bon courage.

      Cordialement,

    • CARON dit :

      Bonjour,

      Pourriez vous m’indiquer l’importance des effets secondaires éventuellement constatés lors du traitement d’Olaparib.
      Je ne suis pas directement concernée, il s’agit d’un membre de ma famille qui est suivie à l’IGR, à qui on a proposé ce traitement et qui ne le supporte pas du tout (problème à priori cardiaque, elle a arrêté momentanément, elle a eu l’impression que son coeur allait lâcher).
      Avez vous d’autres témoignages.

      Merci de votre réponse

      • Bonjour,
        Les troubles cardiaques font parties des effets indésirables possibles de l’Olaparib. Cf. RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit.

        Les effets indésirables suivants sont retrouvés :
         Très fréquemment (pouvant affecter plus d’1 personne sur 10) :
        • fièvre ou infection – cela peut être les signes d’un faible nombre de globules blancs (neutropénie ou lymphopénie).
        • être essoufflé, se sentir très fatigué, être pâle ou avoir un rythme cardiaque rapide – cela peut être des signes d’un faible nombre de globules rouges (anémie).
         Fréquemment (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10) : ecchymoses ou saignements pendant une durée plus longue que d’habitude lorsque vous vous blessez – cela peut être des signes d’un nombre faible de plaquettes sanguines (thrombocytopénie).

        Les autres effets indésirables incluent :
         Très fréquemment (pouvant affecter plus d’1 patiente sur 10) :
        • Maux de tête
        • Etourdissements
        • Diminution de l’appétit
        • Sensation de fatigue ou de faiblesse
        • Nausées
        • Vomissements
        • Changements au niveau du goût des aliments
        • Indigestion ou brûlures d’estomac (dyspepsie)
        • Diarrhée. En cas de diarrhée importante, prévenez immédiatement votre médecin
        • Augmentation de la créatinine sanguine observée lors d’un test de laboratoire montrant le fonctionnement de vos reins
        • Changements biologiques observés lors de votre test sanguin montrant une augmentation de la taille des globules rouges (volume cellulaire moyen)
         Fréquemment (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10) :
        • Douleur dans la bouche (stomatite)
        • Douleur abdominale située sous les côtes

        Nous vous rappelons que les renseignements présentés sur ce blog sont réservés à des fins strictement d’information, une vérification extérieure des diagnostics et thérapeutiques est impérative. Ces informations ne peuvent remplacer une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin et ne peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments, de dispositifs médicaux ou de services professionnels. Cf. CGU.

        Accédez aux dernières actualités sur les CANCERS liés à BRCA.
        Cordialement,

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr