MALADIE CARDIAQUE: Le gène qui fait de la graisse sous l'effet du stress – Human Genetics

SHARE :

Chez certaines personnes qui présentent un génotype particulier, les hanches s’élargissent quand les niveaux de stress augmentent. Cette étude de la Duke Medicine montre ainsi qu’une prédisposition génétique au stress psychosocial est généralement associée au développement de l’obésité. Selon les conclusions, présentées dans la revue European Journal of Human Genetics, l’interaction entre cette prédisposition génétique, le stress du quotidien et ce risque lié d’obésité, entraine la maladie cardiaque.

 

Cette susceptibilité génétique, le stress psychosocial et les facteurs métaboliques agissent en combinaison pour augmenter le risque de maladie cardiovasculaires, résume le Pr Elizabeth Hauser du Duke Molecular Physiology Institute et auteur principal de l’étude. Son étude génétique suggère en pratique qu’une partie des sujets enclins à l’anxiété et à la dépression, le sont tout autant à la prise de poids et, en cas d’exposition dans la vie au stress chronique, vont développer plus facilement un diabète ou une maladie cardiaque. Une conjonction de risque relativement fréquente puisqu’elle concernerait, selon les auteurs, 13% de la population.

 

Il s’agit d’une étude d’association pangénomique sur près de 6.000 personnes participant à la cohorte Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis (MESA) sur l’athérosclérose. Dans un premier temps, l’équipe a identifié la corrélation entre des niveaux déclarés élevés de stress chronique et l’augmentation de l’obésité centrale. L’analyse génomique montre ensuite une forte relation des variantes identifiées dans un gène particulier, EBF, et la circonférence des hanches, le tout en fonction des niveaux de stress psychosocial chronique.

 

Avec ce génotype particulier, les hanches s’élargissent quand les niveaux de stress augmentent. Les chercheurs parviennent donc à identifier cette voie de vulnérabilité au stress de la vie qui favorise aussi le tour de taille, l’hyperglycémie et le diabète, jusqu’au risque cardiovasculaire.  Un risque  » curieusement limité aux participants blancs « , mais confirmé ensuite sur les données d’une seconde étude, la Framingham Offspring cohort.

 

Les implications cliniques sont évidentes : La détection éventuelle de ce génotype de susceptibilité et l’intervention ciblée de réduction du stress, régime alimentaire et exercice, pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires. Reste à identifier les nombreux autres facteurs génétiques possibles et sans doute spécifiques aux différentes origines ethniques afin de  » mieux comprendre comment ces facteurs influencent l’accumulation centrale de graisse et l’augmentation des niveaux de glucose dans le sang chez les personnes exposées au stress de la vie « , concluent les auteurs.

 

Source: European Journal of Human Genetics 1 October 2014 doi:10.1038/ejhg.2014.189 Gene by stress genome-wide interaction analysis and path analysis identify EBF1 as a cardiovascular and metabolic risk gene (Visuel © Voyagerix – Fotolia.com)

Lire aussi: OBÉSITÉ: Comment le stress accélère la prise de poids

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr