EBOLA: Plusieurs milliers de cas en un mois – PLOS Currents

SHARE :

Cette modélisation des taux de croissance de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest livre une triste estimation, soit 4.400 à 6.800 nouveaux cas sur le seul mois de septembre. L’analyse des raisons de la propagation appelle, dans la revue PLOS Currents à l’aide internationale pour l’application urgente de nouvelles mesures de contrôle et d’hygiène.

 

Ces 2 derniers jours, selon les chiffres de l’European Center for Disease Control (ECDC) ce sont près de 1.000 nouveaux cas qui ont été constatés, et l’Organisation mondiale de la Santé craint que le nombre de cas dépasse les 20.000 d’ici la fin de l’année 2014. Depuis le début de l’épidémie, en décembre 2013 et au 14 Septembre 2014, 5.347 cas de maladie à virus Ebola dont 2.630 décès ont été constatés, en Guinée, au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone. L’épidémie apparaît déjà en  croissance exponentielle.

 

6.800 nouveaux cas possibles sur le seul mois de septembre : Les chercheurs de l’Université d’Arizona et d’Harvard ont évalué l’efficacité des différentes initiatives mises en œuvre dans la lutte contre l’épidémie Ebola, à partir des données épidémiologiques disponibles via l’OMS, pour la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria jusqu’en date du 8 septembre 2014, a estimé, à partir des taux de croissance des cas, un nombre total de nouveaux cas, pour le mois de septembre, compris entre 4.400 et 6.800.  

 

Les raisons de la propagation : Les auteurs rappellent des raisons déjà évoquées, comme des foyers dans des zones densément peuplées, la grande mobilité des populations, l’insuffisance de ressources des systèmes de santé concernés, l’absence de vaccin homologué ou de traitement. Ils rappellent que des mesures d’hygiène et la quarantaine restent les interventions de base possibles. Mais voilà. Leur analyse de modélisation, montre aussi que le taux d’augmentation des cas était déjà élevé en août dernier, au Libéria et en Guinée, à l’époque où des quarantaines de masse avaient déjà été mises en place. Ils posent la question des effets délétères possibles de ces mises en quarantaine de masse dans des conditions de vie et d’hygiène telles qu’elles ont pu, récemment, déclencher des émeutes.

Sherry Towers, co-auteur de l’étude, dénonce ainsi les conditions insalubres dans lesquelles se sont retrouvés les groupes mis en quarantaine, parmi les facteurs majeurs d’aggravation de la propagation de l’épidémie.

 

L’amélioration de ces interventions est donc une urgence. Le risque de propagation internationale est là, concluent les auteurs

 

Source: PLOS Currents: Outbreaks September 18, 2014 Temporal variations in the effective reproduction number of the 2014 West Africa Ebola outbreak

ECDC 19 Sept. 2014 Epidemiological Update

Plus sur Ebola

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr