CANCER: L'exercice physique booste la chimiothérapie – American Journal of Physiology

SHARE :

On ne le dira jamais suffisamment : Pratiquer l’exercice physique prévient et réduit le risque de cancer et, après un diagnostic, est associé à une survie prolongée et à une qualité de vie améliorée. C’est ce que confirme cette étude de la  » Penn  » qui révèle cependant u autre bénéfice, l’exercice stimule la lutte contre la tumeur en cas de chimiothérapie. Conclusions dans l’American Journal of Physiology.

 

L’auteur principal, Joseph Libonati, professeur agrégé à l’École des sciences infirmières et directeur du Laboratoire de recherche translationnelle, rappelle les bienfaits physiques et psychologiques de l’exercice physique pour les patients atteints de cancer mais montrent, précisément, que l’exercice peut protéger contre les effets secondaires cardiaques connus d’un médicament de chimiothérapie, utilisé pour traiter de nombreux cancers, la doxorubicine. Un point important alors qu’il est connu qu’en cas de cancer, les patients (et les soignants) vont se concentrer sur l’évolution du cancer et ne prendre qu’accessoirement en compte les risques secondaires, comme ici le risque cardiovasculaire.

 

De précédentes études ont montré que l’exercice avant la chimiothérapie permet de protéger les cellules cardiaques contre les effets toxiques de la doxorubicine, cette étude, menée sur la souris, montre son bénéfice pendant la chimiothérapie. Sur 4 groupes de souris ayant reçu une injection de cellules de mélanome, dont 2 traitées par doxorubicine  et 2 par placebo, les chercheurs montrent que des souris contraintes à pratiquer la marche durant 45 minutes, 5 jours par semaine sur des tapis roulants, voient leurs tumeurs considérablement réduites.

Curieusement, l’exercice n’a pas significativement protégé les souris sportives contre les effets secondaires cardiaques liés au médicament, car ces souris, comme les autres se retrouvent après traitement avec un cœur de volume réduit et une fonction cardiaque déficiente.

 

Cependant, les  » données sur la tumeur sont qualifiées d’incroyables  » : Comment l’exercice peut-il augmenter l’effet de la doxorubicine à ce point doit être encore mieux compris, cependant l’équipe de Penn suggère que l’exercice augmente le flux sanguin et donc plus de médicament vers la tumeur. Au point de suggérer que l’exercice durant une chimiothérapie pourrait permettre de réduire la dose de médicament et donc ses effets secondaires. Au point aussi de travailler au développement de médicaments qui imitent les effets de l’exercice ? Car, commente l’auteur, il s’agit juste ici de modifier le métabolisme du médicament…il fallait y penser.

 

Source: American Journal of Physiology 15 September 2014 Vol DOI: 10.1152/ajpregu.00082.2014 Concomitant low-dose doxorubicin treatment and exercise (Visuel © drubig-photo – Fotolia.com)

Lire aussi : CANCER du SEIN: Promouvoir encore l’exercice physique après le diagnostic

CANCER de l’UTÉRUS: L’exercice physique peut réduire le risque de moitié

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr