DEUIL: Une épreuve de plus en plus douloureuse avec l'âge – Immunity and Ageing

SHARE :

Le deuil, une épreuve de plus en plus douloureuse au plan psychologique alors qu’avec l’âge on voit s’en aller de plus en plus de proches et avec eux le souvenir des expériences partagées. Mais aussi au plan physique et immunitaire, avec cette étude de l’Université de Birmingham présentée dans la revue Immunity and Ageing. Car l’âge modifie aussi notre réponse immunitaire au deuil, fragilise l’équilibre des hormones de stress et augmente le risque d’infections. Des données qui encouragent à l’attention et à une surveillance accrue des personnes plus âgées en période de deuil.

  

Les personnes plus jeunes ont une réponse immunitaire plus robuste à la perte d’un être cher, explique cette étude qui a comparé les réponses au deuil de différentes générations et, précisément, la relation entre les hormones du stress et la fonction immunitaire au fil de la vie.  » « Au cours des semaines et des mois qui suivent un deuil, la fonction des neutrophiles est réduite. Or ces globules blancs sont essentiels à la lutte contre les infections et la maladie « . Cette baisse de fonction immunitaire en période de deuil entraine une forte vulnérabilité.

 

Mais cette étude menée auprès de participants vivant le deuil récent dun être cher, soit un conjoint soit un membre proche de la famille, va plus loin. Son auteur, le Dr Anna Phillips, maître de conférences en médecine comportementale à l’Université de Birmingham suggère, avec ses résultats, une relation entre la fonction des neutrophiles et l’équilibre de 2 hormones de stress, le cortisol et le sulfate de déhydroépiandrostérone (SDHEA). L’étude montre que chez les participants plus jeunes, le taux de cortisol et de DHEA-S reste plus équilibré, au contraire des participants plus âgés (Voir schéma ci-contre). 

 

La réponse est-elle  » dans  » le cortisol ? Le Pr Janet Lord, professeur de biologie cellulaire à l’Université de Birmingham explique que si le cortisol est déjà connu pour supprimer des  » éléments  » du système immunitaire pendant les périodes de stress élevé et d’entraîner un déséquilibre de cortisol et de DHEA, a contrario il joue un rôle précieux dans l’activation de certaines voies anti-stress et anti-inflammatoires. La question est donc de trouver comment rétablir artificiellement cet équilibre pour apporter un soutien à court terme en période de deuil et de stress.

La réponse est peut-être dans des suppléments hormonaux, suggèrent les auteurs, mais il reste à mieux cerner les effets biologiques d’un deuil.

Dans cette attente, rien ne vaut le soutien de la famille et des amis pour surmonter au mieux cette épreuve.

 

Source: Immunity and Ageing Sept 2014 doi:10.1186/1742-4933-11-13 Bereavement reduces neutrophil oxidative burst only in older adults: role of the HPA axis and immunesenescence

Plus d’études autour du Deuil

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr