AOMI: L'éducation thérapeutique a toute son importance – Réseau CHU

SHARE :

L’artériopathie obstructive des membres inférieurs (AOMI), dite aussi artérite ou maladie artérielle périphérique, fait partie des principaux responsables de la morbi-mortalité cardiovasculaire. Ses symptômes, des douleurs à la marche, boitement, crampes du mollet et des cuisses impactent souvent lourdement la vie familiale, sociale et professionnelle, bref la qualité de vie. L’éducation thérapeutique a donc tout son rôle à jouer. C’est ainsi qu’un programme d’éducation thérapeutique (ETP) pour les patients  » claudicants avec AOMI  » a été Initié par l’équipe du Centre d’Exploration, de Prévention et de Traitement de l’Athérosclérose du CHU de Bordeaux, avec un triple objectif : la réduction du risque cardiovasculaire, l’augmentation de la distance de marche et une meilleure qualité de vie.     

 

L’AOMI, facteur de sédentarité, d’isolement, de risque de perte de l’emploi, de perte d’estime de soi et de fatigue psychique a des répercussions importantes sur la vie personnelle et professionnelle. Elle est aussi la manifestation de l’athérosclérose, avec ses risques liés, l’infarctus ou l’AVC. Au stade de la claudication intermittente (douleurs à la marche), le traitement médical repose sur la prise de médicaments afin de réduire le risque cardiovasculaire et sur un réentrainement à la marche ; exercice qui peut  être effectué seul ou accompagné, selon la motivation des personnes.

 

Réseau CHU nous présente ici l’initiative mise en place au CHU de Bordeaux, où 50 patients souffrant d’AOMI, et souvent avec des antécédents d’IDM et/ou d’AVC, bénéficient chaque année du  » programme d’éducation thérapeutique (ETP) pour les patients claudicants avec AOMI « . Initié par l’équipe du Centre d’Exploration, de Prévention et de Traitement de l’Athéroclérose.     

 

Une ETP de long terme, individualisée et globale, au plus près de la vie quotidienne des patients : Le programme basé sur le changement progressif d’habitudes de vie dans le contexte de la vie réelle des malades et sur un coaching infirmier à distance, a fait ses preuves pour réduire le risque cardiovasculaire et améliorer la marche. Durant une première période de 3 mois, le patient est accompagné au plus près de ses besoins grâce à 1 journée à l’hôpital par mois à 1 mois d’intervalle et un coaching à domicile. Un diagnostic éducatif individuel de départ et des bilans réguliers de la marche et des capacités physiques permettent d’évaluer les progrès et de fixer des objectifs d’activité physique et de mode de vie. 10 ateliers d’ETP vont apprendre au patient à comprendre et gérer sa maladie, sa douleur et ses soins et développer ses stratégies d’adaptation. 5 entretiens motivationnels individuels, 5 séances de marche collective et 8 consultations de coaching téléphonique sont également planifiées durant ces 3 mois.

 

Le coaching téléphonique est un temps d’évaluation des efforts et des difficultés rencontrées par le patient et de recherche de solutions personnalisées pour atteindre les objectifs fixés au départ. Cet appui personnalisé, régulier, léger, peu contraignant et cordial très apprécié si peu coûteux, s’avère très efficace pour un suivi de long terme.    » On sort du modèle soignant-expert, pour proposer des solutions s’appuyant sur les compétences développées par les patients. Ils sont les experts de leur propre vie. Le transmissif est supprimé au profit d’une recherche de motivation à faire. Et les soignants développent des compétences pour faire passer, impulser des savoir-faire et des savoir-être.  » commente le Dr Marianne Lafitte, coordinatrice de l’Unité Transversale pour l’Education des Patients (UTEP) du CHU.

Après 3 mois d’accompagnement, et la réalisation du programme d’ETP, les malades ont acquis des compétences qui leur permettent une meilleure autonomie dans la gestion de la maladie et de la douleur. Ils sont alors invités à continuer leur réentrainement à la marche, sans coaching.  » Ensemble, malades et soignants explorent ainsi une autre dimension du soin, proche d’une authentique alliance thérapeutique « .

 

Source : Communiqué Réseau CHU Artériopathie des membres inférieurs : programme d’éducation thérapeutique ambulatoire (Visuel@Véronique Burger)

Accéder aussi au Dossier de Santé log  » AOMI, ulcère de jambe, douleur et pansement : préserver l’autonomie « – Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr