PETIT-DÉJEUNER: Un repas important pour le métabolisme des enfants – PLoS Medicine

SHARE :

Les études sur le petit-déjeuner se suivent mais ne se ressemblent pas. Si de précédentes études suggèrent l’absence de petit-déjeuner comme sans conséquence significative sur le poids, le métabolisme ou les indicateurs cardiovasculaires, cette nouvelle recherche britannique constate que chez les enfants, sauter le premier repas de la journée peut augmenter la résistance à l’insuline. Bref, selon ces conclusions, publiées dans la revue PLoS Medicine, sauter le petit déjeuner durant l’enfance peut accroître le risque de diabète.

 

Un point important alors que le diabète de type 2 est de plus en plus fréquent chez les jeunes et que l’absence de petit-déjeuner peut en moyenne et selon cette étude accroître jusqu’à 26% la résistance à l’insuline, un marqueur associé au risque de diabète.

 

Les chercheurs de l’Université de Londres, d’Oxford, de Cambridge et de Glasgow ont mené leur étude sur 4.116 enfants âgés de 9 à 10 ans, qui ont renseigné la prise, la fréquence et la composition du petit-déjeuner et ont subi une analyse de sang à jeun pour la glycémie et le niveau d’insuline, dans le cadre de l’étude  CHASE (Child Heart And health Study in England– 2004 à 2007). L’analyse montre,

-sur la prise du petit déjeuner chez l’enfant, que,

·         74%des enfants prennent un petit déjeuner tous les jours

·         11% presque tous les jours

·         9% de temps en temps

·         6% généralement pas

-Sur le plan du métabolisme, les enfants qui sautent souvent petit déjeuner, présentent,

·         des niveaux d’insuline à jeun 26% plus élevés

·         une résistance à l’insuline supérieure de 26,7%

·         un taux d’HbA1c de 1,2% plus élevé.

Des résultats qui restent significatifs même après prise en compte de facteurs de confusion possibles, comme la masse grasse de l’enfant, son statut socio-économique ou son niveau d’activité physique.

 

Cette étude, qui porte sur l’Enfant, suggère donc qu’un petit déjeuner régulier peut réduire le risque de résistance à l’insuline. Cependant il s’agit bien ici d’une association et les chercheurs reconnaissent qu’il reste difficile de comprendre une éventuelle relation avec le risque de diabète. Leur conseil néanmoins, un petit-déjeuner à base de céréales riches en fibres pour un profil de risque de diabète plus favorable. Et, sûrement, une plus grande vitalité le matin.

 

Source: PLoS Medicine September 2 2014 DOI: 10.1371/journal.pmed.1001703 Regular Breakfast Consumption and Type 2 Diabetes Risk Markers in 9- to 10-Year-Old Children in the Child Heart and Health Study in England (CHASE): A Cross-Sectional Analysis (Visuel © MNStudio – Fotolia.com)

Lire aussi : PETIT-DÉJEUNER: On pourrait s’en passer

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr