AUTISME: Risque accru avec la dépression de la mère ou avec ses antidépresseurs? – Molecular Psychiatry

SHARE :

Ce qui semble certain, c’est l’augmentation du risque d’autisme de l’Enfant, en cas de dépression sévère de la mère. Mais ce risque pour l’enfant est-il lié à la dépression maternelle ou à son traitement ? Cette étude du Massachusetts General Hospital (MGH) suggère que lorsqu’on prend en compte le degré de sévérité de dépression de la mère, alors l’effet antidépresseur sur le risque d’autisme pour l’enfant est mineur voire non significatif. Conclusions dans la revue Molecular Psychiatry.

 

Car de précédentes études antérieures ont suggéré cette augmentation du risque d’autisme. Une étude chez le poisson qui plongé dans de l’eau riche en antidépresseurs qui donne vie à des poissons au schéma d’expression génétique comparable à celui identifié chez les chez des patients génétiquement prédisposés aux troubles du spectre autistique (TSA). Des études sur des enfants de femmes ayant pris des antidépresseurs pendant la grossesse aboutissent également à un risque accru de TSA.   

 

La dépression maternelle, facteur indépendant de SA chez l’enfant : Ici, les chercheurs du Massachusetts General Hospital (MGH) concluent, après analyse des données de 1.400 enfants diagnostiqués avec trouble envahissant du développement appariés à 4.000 enfants témoins sans diagnostics d’autisme, que,

·         le diagnostic de TSA s’avère plus fréquent chez les enfants de mères ayant reçu des antidépresseurs pendant la grossesse,

·         mais qu’après prise en compte de la gravité de la dépression, cette augmentation du risque n’est plus statistiquement significative.

Une analyse similaire effectuée sur près de 2.250 enfants avec diagnostic de TDAH vs 5.600 témoins appariés sans diagnostics de TDAH. La conclusion est un peu différente.

 

Pas d’augmentation significative avec les antipsychotiques : Globalement, les prescriptions d’antipsychotiques pour traiter la dépression sévère ne semblent donc pas augmenter le risque d’autisme. Pour le TDAH, cependant, l’augmentation du risque associé à l’exposition prénatale aux antidépresseurs est significative, bien que réduite, même après ajustement pour la gravité de la dépression maternelle. La dépression maternelle sévère peut donc être considérée comme un facteur indépendant de risque d’autisme chez l’enfant.

L’auteur principal, le Dr Roy Perlis, du Département de psychiatrie du MGH rappelle qu’il est connu  qu’une dépression non traitée de la mère peut entraîner des risques graves pour la santé de la mère et de l’enfant et qu’il est donc important que les femmes enceintes traitées par antidépresseurs soient informées sur les vrais risques pour l’enfant :  » Si les antidépresseurs sont nécessaires, j’espère que les parents se sentiront rassurés quant à leur sécurité « .

 

Source: Molecular Psychiatry 26 August 2014 doi:10.1038/mp.2014.90 Prenatal antidepressant exposure is associated with risk for attention-deficit hyperactivity disorder but not autism spectrum disorder in a large health system

Pour en savoir plus sur l’Autisme

Accéder au Dossier Vaincre l’autisme (1/5) de Santé log : Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Lire aussi : GROSSESSE: Le stress de la mère déclencheur d’autisme chez l’Enfant?

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr