La MANQUE de SOMMEIL à l'adolescence fait le lit de l'obésité – Journal of Pediatrics

SHARE :

Les adolescents qui ne dorment pas assez, soit 6 heures ou moins par nuit, pourraient bien se réveiller quelques années plus tard avec de nombreux kilos en trop. Car, avec le manque chronique de sommeil à 16 ans, leur risque d’obésité à 21 ans, est accru de 20%. Ces conclusions de chercheurs américains, présentées dans le Journal of Pediatrics, illustrent à nouveau le cercle vicieux manque de sommeil, alimentation malsaine et obésité.

 

Les chercheurs de l’Université Columbia et de Caroline du Nord ont analysé les données d’IMC et de sommeil de plus de 10.000 adolescents et jeunes adultes américains, âgés de 16 à 21 ans, participant à la Longitudinal Study of Adolescent Health. Leurs conclusions suggèrent à la fois une insuffisance fréquente de sommeil et l’association entre manque de sommeil et IMC élevé.

20% des jeunes âgés d 16 ans dorment moins de 6H,

Ces jeunes qui dorment moins de 6H ont un risque accru de 20% de se réveiller obèses à 21 ans, vs leurs homologues qui font des nuits de 8H.

L’insomnie s’avère un facteur d’obésité indépendant du manque d’activité physique et du temps passé à regarder la télévision.

 

Un message aux parents : Le manque de sommeil à l’adolescence fait le jeu de l’obésité plus tard dans la vie, résume l’auteur de l’étude. Et une fois adulte et obèse, il est bien plus difficile de perdre du poids et de maintenir ensuite un poids de santé. Avec l’obésité, c’est le risque de comorbidités, de maladie cardiaque, de diabète et de cancer. C’est donc aussi un message lancé aux parents qui doivent inciter leurs enfants à dormir 8 heures au moins par nuit.

 

Du manque de sommeil à l’obésité, le cercle vicieux : Le manque de sommeil ou l’insomnie vont entrainer la somnolence diurne et la fatigue, connues pour affecter les choix alimentaires en modifiant l’appétit et stimulant l’envie de certains aliments. Le manque de sommeil favorise certains modes d’alimentation, plus rapides et plus pratiques, comme la junk food ou le fast food. Or le fast food, c’est 200 calories de plus qu’à la maison. Sur ce dernier point, concluent les chercheurs, il reste beaucoup à comprendre : Certains aliments ou nutriments sont-ils facteurs d’insomnie et donc d’obésité ?

 

Source: The Journal of Pediatrics 28 July 2014 doi:10.1016/j.jpeds.2014.06.052 Sleep Duration and Obesity among Adolescents Transitioning to Adulthood: Do Results Differ by Sex?

Lire aussi: OBÉSITÉ infantile: Le manque de sommeil fait l’excès de graisse

OBÉSITÉ chez l’Ado: Le manque de sommeil prédit le risque cardiaque

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr