APPRENTISSAGE: Le piano s'apprend mieux en dormant – NeuroImage

SHARE :

Le rôle du sommeil est déjà connu dans l’apprentissage. Dormir, après avoir  » traité  » de nouvelles informations, permet bien de mieux les mémoriser. Ces chercheurs de l’Université de Montréal (UdM) identifient ici les zones et les connexions du cerveau impliquées dans ce processus de consolidation de la mémoire. Leur étude, publiée dans la revue NeuroImage montre que ces zones, situées sous le cortex, interagissent de façon plus efficace après une bonne nuit de sommeil.

 

  » Les régions sous-corticales sont très importantes dans la consolidation de l’information, surtout celle reliée à une trace mnésique motrice. Lorsque le niveau de  consolidation est mesuré après une période de sommeil, le réseau cérébral composé de ces régions fonctionne avec une meilleure synchronie, c’est-à-dire qu’on observe que la communication entre les différentes régions de ce réseau est plus optimale. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’il n’y a pas eu de période de sommeil « , explique Karen Debas, neuropsychologue et auteur principal, dans un communiqué de l’Université de Montréal.

 

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont fait apprendre à un groupe de sujets une nouvelle séquence de mouvements de doigts, de type piano, sur un boitier. L’observation de leurs cerveaux par IRMf durant cette tâche, avant et après une période de sommeil montre qu’une zone cérébrale centrale, le putamen est plus fortement activée chez les participants qui ont dormi. Les chercheurs constatent parallèlement une amélioration de la performance après une nuit de sommeil. Enfin, un réseau cortico-striatal, qui relie plusieurs zones corticales et sous-corticales, dont le putamen est plus fortement activé après la nuit de sommeil.

 

Une nuit de sommeil permet une meilleure performance à la tâche.  » Nos résultats sont une porte d’ouverture sur d’autres possibilités de recherche, pouvant nous mener à mieux comprendre les mécanismes prenant place durant le sommeil et qui rendent possible cette meilleure interaction entre les régions clés du cerveau (…) À terme, nous croyons que nous serons en mesure de mieux expliquer et agir sur les difficultés de mémoire que présentent certaines populations cliniques qui ont des problèmes de sommeil et d’aider les patients qui réapprennent des séquences motrices en centres de réadaptation« , concluent les auteurs, qui apportent ici une nouvelle preuve physique du bénéfice du sommeil sur l’apprentissage.

 

Source: NeuroImage Aug, 2014 DOI: 10.1016/j.neuroimage.2014.05.022 Off-line consolidation of motor sequence learning results in greater integration within a cortico-striatal functional network et communiqué UdM Learning to play the piano? Sleep on it!

Lire aussi: Le SOMMEIL, le prix à payer pour apprendre

MÉMOIRE et SOMMEIL: Apprendre avant de dormir permet de mieux mémoriser

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr