SEXUALITÉ: L'orgasme moins prévisible chez la femme – Journal of Sexual Medicine

SHARE :

Cette étude de l’Université de l’Indiana portant sur près de 3.000 célibataires américains, hommes et femmes constate des taux  plus élevés d’orgasme avec un partenaire familier, chez les hommes que chez les femmes. Alors que les femmes connaissent l’orgasme 62,9% du temps, les hommes atteignent le taux de 85,1%. Ainsi, pour les femmes, l’atteinte de l’orgasme est moins prévisible. Détails dans le Journal of Sexual Medicine, en fonction de l’orientation sexuelle.

 

Justin R. Garcia, biologiste de l’évolution, professeur à l’Institut Kinsey et auteur principal de l’étude a analysé les données de l’étude Singles in America study, une enquête annuelle sur les comportements des célibataires américains portant sur un échantillon représentatif d’hommes et de femmes âgés de 21 ans et plus, de toutes orientations sexuelles. L’analyse qui a porté sur 2.850 participants ayant eu des rapports sexuels avec un partenaire familier au cours de l’année précédente, montre que :

·         les femmes ont un orgasme lors de 62,9% des rapports,

·         les femmes lesbiennes lors de 74,7% des rapports,

·         les femmes hétérosexuelles lors de 61,6% des rapports,

·         les femmes bisexuelles lors de 58% des rapports,

·         les hommes ont un orgasme lors de 85,1% des rapports,

·         les hommes homosexuels lors de 84,7% des rapports,

·         les hommes hétérosexuels lors de 85,5% des rapports,

·         les hommes bisexuels lors de 77,6% des rapports.

 

L’orientation sexuelle fait plus de différence chez les femmes que chez les hommes: En effet, alors qu’en moyenne, les femmes connaissent l’orgasme lors de 62,9% des rapports sexuels avec un partenaire familier, ce taux est un peu plus élevé chez les femmes lesbiennes que chez les femmes hétérosexuelles ou bisexuelles. De précédentes études avaient déjà suggéré des différences de plaisir sexuel chez les hétérosexuels et les homosexuels. Les chercheurs suggèrent ici que ces différences pourraient être le résultat de facteurs comme la durée du rapport sexuel, les attitudes sexistes selon l’orientation sexuelle, la communication entre partenaires et même des facteurs biologiques comme l’exposition prénatale aux hormones testostérone et œstrogènes.

Des résultats qui contribuent à une meilleure compréhension de la santé sexuelle et du bien-être en fonction des identités sexuelles.

 

Source: Journal of Sexual Medicine 18 AUG 2014 DOI: 10.1111/jsm.12669 Variation in Orgasm Occurrence by Sexual Orientation in a Sample of U.S. Singles

Lire aussi: SEXUALITÉ: L’amour rend le sexe encore meilleur pour la plupart des femmes

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr