MALNUTRITION: Chez les personnes âgées c'est toujours à vérifier – Annals of Emergency Medicine

SHARE :

Plus de la moitié des patients âgés accueillis aux urgences sont soit malnutris ou à risque de dénutrition, mais pas à cause d’une insuffisance d’accès aux services de santé, d’une maladie grave ou d’une démence. Malgré des signes évidents de malnutrition , plus des 3 quarts de ces patients n’ont jamais fait l’objet de ce diagnostic. Cette étude publiée dans les Annals of Emergency Medicine surprend par les niveaux de dénutrition constatés et par l’insuffisance de prise en compte de cette condition chez le patient âgé.

 

 » La plupart des patients souffrant de malnutrition n’ont jamais été diagnostiqués« , explique l’auteur principal de l’étude, le Dr Timothy Platts-Mills, de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, qui définit la malnutrition un apport insuffisant de calories, de protéines ou d’autres nutriments nécessaires à l’entretien et à la réparation tissulaire.  » La dépression, les problèmes dentaires et la perte d’autonomie et de mobilité sont des contributeurs majeurs, mais cela n’empêche pas les médecins des urgences de saisir l’occasion d’intervenir « . Précisément, parmi 163 patients âgés de 65 ans reçus aux urgences,

·         16% souffraient de dénutrition,

·         60% se sont avérés mal nourris ou à risque de dénutrition.

·         Parmi les patients souffrant de malnutrition,

·         77% n’avaient jamais été diagnostiqués avec la malnutrition.

·         La prévalence de la malnutrition était plus élevée chez les patients présentant des symptômes de dépression (52%), les patients en perte d’autonomie (50%), ceux qui avaient des difficultés à manger (38%) et ceux qui avaient des problèmes de mobilité (33%).

·         La difficulté à s’alimenter était principalement liée à des problèmes de prothèses dentaires, des douleurs dentaires, l’absence de certaines dents, ou une difficulté à avaler.

 

En cause, une surveillance nutritionnelle insuffisante ? Si les auteurs appellent les médecins qui reçoivent ces patients, aux Urgences à faire le cas échéant le diagnostic et à amorcer la prise en charge nutritionnelle, ils soulignent que la grande majorité d’entre eux sont pourtant suivis en soins primaires : C’est le cas dans l’étude de 95-6% des patients, qui avaient un médecin généraliste et  une assurance maladie. Au-delà, du rôle primordial des Urgences dans la mise en œuvre d’une supplémentation nutritionnelle orale, les auteurs suggèrent le lancement de programmes alimentaires mobiles et communautaires pour lutter contre la malnutrition chez les personnes âgées.

 

Source: The Annals of Emergency Medicine August 12, 2014 DOI: org/10.1016/j.annemergmed.2014.07.018 Malnutrition Among Cognitively Intact, Non-Critically Ill Older Adults in the Emergency Department

Accéder au Dossier de Santé log :

Dénutrition et prise en charge à domicile du sujet âgé  

Dénutrition et nutrition clinique de l’adulte  

Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier.

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr