CANCER du SEIN: Un risque intimement lié à l'activité physique – Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention

SHARE :

Un risque de cancer du sein après la ménopause qui diminue rapidement après le début d’une activité physique régulière, un bénéfice qui s’évanouit rapidement en cas d’arrêt de l’activité physique, ces conclusions d’une étude de l’Institut Gustave Roussy non seulement confirment le lien entre activité physique et risque de cancer du sein mais estiment la pratique nécessaire pour juguler le risque.

 

L’étude, qui a suivi, sur une moyenne de 8,5 ans, 59.308 femmes ménopausées participant à la cohorte EPIC, montre qu’avoir entrepris, durant les 4 années précédentes une pratique régulière d’activité physique à raison d’au moins 4 heures de marche par semaine conduit à un risque plus faible de cancer du sein invasif. Cet effet de réduction du risque de cancer du sein s’avère indépendant de l’indice de masse corporelle, de la prise de poids, du tour de taille, et …du niveau d’activité 5 à 9 ans plus tôt.

 

4 heures de marche ou de vélo par semaine ou la pratique à raison de 2 heures par semaine d’autres sports (évaluées en MET-h : au moins 12) suffisent : Agnès Fournier, chercheur au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations à l’Institut Gustave Roussy commente ces résultats.  » Notre étude montre qu’il n’est pas nécessaire de se livrer à des activités d’intensité ou de fréquence élevées, 30 minutes de marche par jour sont déjà bénéfiques « .

·         Les femmes ménopausées qui, dans les 4 années précédentes ont pratiqué une activité physique chaque semaine évaluée à 12 MET-h ou plus, présentent un risque réduit de 10% de cancer invasif du sein par rapport aux femmes moins actives.

·         Les femmes qui ont pratiqué à ce niveau d’activité physique entre 5 et 9 ans plus tôt, mais ont été moins actives durant les 4 années de suivi, ne conservent pas ce bénéfice de réduction du risque.  

 

L’effet bénéfique et rapide d’une activité physique régulière sur le risque de cancer du sein s’estompe ainsi en cas d’arrêt de l’activité.

 

Source: Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention August 11, 2014; doi: 10.1158/1055-9965.EPI-14-0150 Recent Recreational Physical Activity and Breast Cancer Risk in Postmenopausal Women in the E3N Cohort (Visuel@Robert Kneschke – Fotolia.com)

Lire aussi: CANCER du SEIN: Promouvoir encore l’exercice physique après le diagnostic

CANCER du SEIN: L’exercice physique recommandé même en cas de lymphoedème

CANCER: L’exercice physique bénéfique pendant comme après le cancer

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr