VITAMINE D: Quand carence rime avec risque de démence – Neurology

SHARE :

Un risque multiplié par 2 de développer une démence ou la maladie d’Alzheimer chez les personnes carencées en vitamine D, par rapport aux personnes avec des niveaux suffisants, soit 50nmol / l (ou plus), c’est la conclusion de cette étude internationale de 6 ans de suivi. Ces nouvelles données publiées dans la revue Neurology, viennent préciser les effets –toujours discutés –de la vitamine D.

 

De précédentes études ont déjà abouti à ces résultats : Alors qu’un patient sur 3 atteint de la maladie de Parkinson souffre de troubles cognitifs et de démence, et voit ainsi son autonomie et son espérance de vie raccourcies, ces symptômes pourraient être améliorés avec des niveaux plus élevés de vitamine D, a révélé une récente étude de l’Université de l’Orégon. Une autre étude, de l’Université de Californie a mis en évidence le processus par lequel la vitamine D3 et les acides gras oméga-3 peuvent améliorer la capacité du système immunitaire à effacer les plaques amyloïdes du cerveau, une des caractéristiques principales de la maladie d’Alzheimer.

 

Ici les chercheurs de l’Université d’Exeter, d’Angers, de la Florida International University, de la Columbia University, des universités de Washington et de Pittsburgh…ont suivi plus de 1.650 personnes âgées de 65 ans et plus sur une période de 6 ans, après avoir évalué leurs niveaux de vitamine D par analyse de prélèvements sanguins au départ de l’étude. Un comité de neurologues et de psychiatres a soumis les participants à des tests annuels de la fonction cognitive, à des scans du cerveau et des entretiens médicaux, et la démence et/ou la maladie d’Alzheimer ont été diagnostiquées selon les critères internationaux.  

Leur analyse constate que,

·         10% des participants ont développé une démence,

·         une carence sévère en vitamine D, soit moins de 25nmol / l est associée à un risque multiplié par 2 de développer une démence ou la maladie d’Alzheimer (HR : 2,25).

·         Des niveaux modérément insuffisants de vitamine D (entre 25nmol / l et 50nmol / l) sont associés à une augmentation de 50% du risque (HR : 1,53).

 

L’étude confirme ainsi l’association entre de faibles niveaux de vitamine D et le risque de démence, mais ne démontre pas la relation. D’autres facteurs peuvent favoriser la démence, comme une mauvaise alimentation ou le manque d’activité par exemple.

 

NB : En France, la carence reste fréquente : Le dernier bilan de l’Institut de veille sanitaire montre que si la carence sévère en vitamine D reste un phénomène rare et ciblé dans la population française, 8 Français sur 10 souffrent d’une insuffisance.

 

Source: Neurology August 6 2014doi: 10.1212/WNL.0000000000000755 Vitamin D and the risk of dementia and Alzheimer disease

Pour en savoir plus sur la Vitamine D

Lire aussi : VITAMINE D: Les situations de carence à détecter

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr