OBÉSITÉ: Perdre du poids ne rend pas plus heureux – PLoS ONE

SHARE :

Certes, les bénéfices pour la santé physique d’une perte de poids –en cas de surpoids- sont indiscutables mais les effets sur la santé mentale sont moins évidents, selon cette étude financée par le Cancer Research britannique et menée à l’University College London. Les conclusions, publiées dans la revue PLoS ONE, révèlent en fait une tendance dépressive plus fréquente chez les personnes qui ont maigri.

 

Ici, l’étude a porté sur 1.979 Britanniques, âgés e 50 ans et plus, en surpoids et obèses et sans diagnostic de dépression clinique ou de maladie mentale au départ de l’étude. L’analyse des résultats montre que,

·         14% des participants ont perdu au moins 5% de leur poids corporel initial avec une perte de poids moyenne de 6,8 kg en 4 ans,

·         ces participants sont 78% plus susceptibles de déclarer une humeur dépressive.

·         Après réajustement avec les autres facteurs de symptômes dépressifs, l’augmentation du risque d’humeur dépressive reste significative, de 52%.

En conclusion, les participants qui ont perdu 5% ou plus de leur poids corporel initial sur 4 ans  présentent des améliorations significatives sur plusieurs marqueurs de santé physique, mais sont plus plus susceptibles de déclarer des symptômes dépressifs que les participants restés stables dans les 5% de leur poids d’origine.

 

Un résultat qui ne signifie pas que la perte de poids entraîne nécessairement une dépression mais qu’il faut absolument prendre en compte la santé mentale lors d’un régime de perte de poids. Bien accompagné, il peut participer à l’amélioration de l’humeur des participants, via un bien-être retrouvé et une meilleure estime de soi.  »  Nous ne devons pas attendre de la perte de poids une amélioration instantanée de tous les aspects de la vie « , explique l’auteur principal, le Dr Sarah Jackson. Un objectif illusoire, favorisé par la publicité des marques de régime qui font miroiter des attentes irréalistes sur les bénéfices de la perte de poids, ajoute-t-elle. "Il est très difficile de résister aux tentations permanentes de nourriture malsaine", cela nécessite  » une volonté considérable  » et parfois de devoir passer à côté d’activités agréables. Le maintien du poids est en revanche un facteur de bien-être et de bonne humeur. Les chercheurs vont donc regarder comment leurs participants vont  » vivre  » cette période d’installation dans un poids de santé.

 

L’appel est donc à une surveillance des patients, de la part des professionnels de santé. Les auteurs citent une récente étude montrant que 60% des adultes en surpoids et obèses au Royaume-Uni essaient de perdre du poids. Ces patients comme leurs médecins doivent être conscients qu’il n’y a pas d’avantage psychologique immédiat et que le risque accru de dépression est là.

 

Source: PLoS ONE August 06, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0104552 Psychological Changes following Weight Loss in Overweight and Obese Adults: A Prospective Cohort Study

Pour en savoir plus sur la Perte de poids

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Un commentaire pour l'article “OBÉSITÉ: Perdre du poids ne rend pas plus heureux – PLoS ONE”

  1. Suzie dit :

    Le fait d’être heureux ou pas est un choix personnel. On construit soi-même son bonheur, on a besoin de personne ni d’objet pour être heureux. En outre, perdre du poids ne peut rendre heureuse une personne. Par contre, ça donne la santé. C’est primordial.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr