NEURO: Habénula, toute la peur de l'avenir est là – PNAS

SHARE :

Cette zone nommée habénula, de la taille d’un petit pois, héberge le pressentiment ou la peur de l’avenir, expliquent ces scientifiques britanniques dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine. Ces conclusions contribuent à mieux comprendre le développement de la dépression.

 

Cette petite zone avait déjà été identifiée comme jouant un rôle clé dans la prise de décision dans une précédente étude de l’Université de Colombie Britannique (UBC), qui suggérait déjà qu’inactiver l’habenula latérale pourrait tout simplement priver les patients de la faculté de percevoir leur mal-être et contribuer ainsi au traitement de la dépression. L’habénula latérale a également été impliquée par de précédentes études, dans la réduction de la dépendance à la nicotine et à la cocaïne et plus récemment dans la culpabilité de la gueule de bois. Bref, cette petite zone, en enregistrant les conséquences néfastes de nos expériences, permettrait d’éviter aussi de reproduire nos erreurs.

 

Ici, il s’agit d’une petite étude par imagerie fonctionnelle par résonance magnétique (IRMf) du cerveau qui a évalué l’activité cérébrale chez 23 volontaires soumis à une série d’expériences de type pavlovien. Les participants ont visionné une série d’images abstraites associées au risque de recevoir ou de perdre 10 euroou de recevoir un petit choc électrique un peu douloureux. L’objectif était de créer chez les participants une association entre une image et la décharge électrique afin de susciter le sentiment de peur.

Les chercheurs de l’University College de Londres et de Cambridge, de l’Institut national japonais des technologies de l’information et des communications et de l’Université de Lausanne constatent une activité augmentée dans la zone de l’habenula lorsque les participants sont exposés à cette image associée à la peur, suggérant le rôle de cette zone dans le pressentiment (et la peur de l’avenir). Cette activité dans la habenula est significativement plus élevée lorsque les images sont associées à une forte probabilité de recevoir un choc vs associées à une faible probabilité de recevoir un choc.

 

La habenula semble constituer un système d’alerte qui pourrait nous permettre d’éviter un danger possible ou d’apprendre de nos erreurs, mais qui hyperactive chez certains, peut alors être associée à la dépression et à l’anxiété. C’est la conclusion des chercheurs qui suggèrent que la habenula contribue à la production d’un certain nombre de symptômes dépressifs, tels que l’anhédonie ou l’incapacité à éprouver du plaisir d’activités normalement agréables.  

 

Source: PNAS July 28 2014 /doi/10.1073/pnas.1323586111 The habenula encodes negative motivational value associated with primary punishment in humans

Pour en savoir plus sur l’Habenula

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr