IMPLANTS MAMMAIRES à mousse de polyuréthane: L’agence britannique rassure – MHRA- FDA

SHARE

Risque de rupture et risque cancérigène, c’est la nouvelle crainte britannique, exprimée sur les implants à gel de silicone à revêtement en mousse de polyuréthane, une substance chimique reconnue comme cancérigène chez l’animal. Crainte du public, à laquelle répond la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), dans son avis du 31 janvier. Ces implants parmi les plus anciens, disponibles sur le marché français, comme sur le marché britannique, ont été interdits dès 1989 sur le marché américain.

En France, les prothèses avec enveloppe polyuréthane ont suivi le mouvement des implants à base de gel de silicone et sont revenues en 2006, avec les implants avec gel de silicone, sur le marché français. Selon les chirurgiens qui utilisent ce type d’implants, l’avantage du revêtement polyuréthane est l’adhésion rapide de la prothèse mammaire qui prévient son éventuel déplacement. Ces implants sont également à base de gel de silicone entouré d’une enveloppe en élastomère de silicone. Mais leur coque est recouverte d’une mousse de polyuréthane qui se décompose au fil du temps.

 

Face à la nouvelle crainte exprimée par le public britannique, échaudé par l’affaire des prothèses PIP, l’agence sanitaire britannique (MHRA) vient de publier un avis sur les implants mammaires enduit de polyuréthane, précisant que le risque de rupture lié à ces implants enduit est faible et rappelant que la plupart des implants mammaires ont un risque de rupture accru avec le temps. La mousse de polyuréthane se « dissipe » avec le temps et le risque est faible, écrit la MHRA. Cependant la MHRA évoque bien un risque cancérigène faible.

 

Les implants enduits de polyuréthane avaient été retirés du marché britannique en 1991, suite à des préoccupations -simultanées aux préoccupations américaines- concernant le risque cancérogène possible lié à la décomposition du polyuréthane. Le Comité d’experts britannique de la MHRA avait alors conclu que le risque cancérigène lié ces implants restait limité et non quantifiable. Depuis avril 2005, ces implants mammaires sont de nouveau disponibles au Royaume-Uni.

 

Aux Etats-Unis, dès 1989, une étude inédite citée par la Food and Drug Administration (FDA) avait montré que la mousse de polyuréthane utilisée comme revêtement sur certains types d’implants mammaires remplis de gel libérait un toluènediamine, un produit chimique connu pour être cancérigène chez l’animal. Face à une demande de nouvelle évaluation de la FDA, le fabricant de ces implants mammaires les avait retirés du marché. En juillet 1991, une nouvelle évaluation de la FDA concluait à un risque de cancer trop faible pour demander le retrait de ces implants. Depuis, aucun implant de ce type n’a été commercialisé aux Etats-Unis.

 

Sources : FDA “FDA Breast Implant Consumer Handbook – 2004 – TIMELINE OF BREAST IMPLANT ACTIVITIES” et MHRA “Polyurethane coated implants” et “MHRA statement on polyurethane-coated breast implants (Visuels NHS)

Lire aussi: IMPLANTS PIP: Chirurgie esthétique et cosmétique dans le collimateur britannique

Lire aussi: IMPLANTS et chirurgie esthétique: Les 6 mesures proposées par les praticiens britanniques

IMPLANTS et dispositifs: Une nouvelle réglementation en UE dès mars 2012 -

Accéder aux dernières actualités sur les implants

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Un commentaire pour l'article “IMPLANTS MAMMAIRES à mousse de polyuréthane: L’agence britannique rassure – MHRA- FDA”

  1. [...] comme sur le marché britannique, ont été interdits dès 1989 sur le marché américain…Via blog.santelog.com Partager cet [...]

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr