LEUCÉMIE : Des lymphocytes T transformés en serial killers – New England Journal of Medicine et Science Translational Medicine

SHARE

Après 20 années de recherche, ces chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont, obtenu, à partir de lymphocytes T génétiquement modifiés des rémissions durables allant jusqu’à un an, chez deux patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC), la forme la plus fréquente de cancer du sang. Ces résultats, publiés simultanément dans les éditions du 10 août du New England Journal of Medicine et de la revue Science Translational Medicine, sont une première démonstration de l’utilisation de la thérapie de transfert de gènes pour créer des lymphocytes T «serial killers» qui ciblent les tumeurs cancéreuses.

Les patients ont été traités avec des versions génétiquement modifiées de leurs propres lymphocytes T. Le protocole, qui consiste à prélever des cellules aux patients et à les modifier puis à transfuser les nouvelles cellules de nouveau dans le corps du patient après la chimiothérapie, fournit une nouvelle stratégie thérapeutique également pour d’autres cancers dont ceux du poumon et des ovaires ou encore le myélome et le mélanome.

"En 3 semaines, les tumeurs avaient disparu, d’une manière beaucoup radicale que nous l’espérions ", déclare l’auteur principal le Dr. Carl Juin, MD, directeur de la recherche et professeur de pathologie et médecine au laboratoire de cancérologie de l’Abramson Centre."Les résultats de l’essai pilote sur 3 patients fournissent un contraste frappant en comparaison des thérapies existantes pour la LLC. Les patients participant à l’étude avaient une seule autre option de traitement, une greffe de moelle osseuse, une procédure qui nécessite une longue hospitalisation et implique un risque de mortalité d’au mois 20% et ne laisse en fin de compte que 50% de chances de guérison.

Les chercheurs citent plusieurs éléments qui auraient fait la différence avec des expériences précédentes menées avec des lymphocytes T modifiés, comme la reprogrammation par vecteur lentiviral. «Nous avons observé une multiplication par 1.000 au moins, du nombre de cellules T modifiées chez chacun des patients. Les médicaments ne font pas cela (…) En plus d’une grande capacité d’autoréplication, chaque cellule T supprime des milliers de cellules tumorales ». En 3 semaines, les tumeurs avaient été détruites avec une efficacité jamais observée auparavant", conclut le Dr Carl June.

Sources : Science Translational Medicine, 2011; 3 (95): 95ra73 DOI: 10.1126/scitranslmed.3002842 T Cells with Chimeric Antigen Receptors Have Potent Antitumor Effects and Can Establish Memory in Patients with Advanced Leukemia. New England Journal of Medicine, 2011; 110810110014063 DOI: 10.1056/NEJMoa1103849 Chimeric Antigen Receptor–Modified T Cells in Chronic Lymphoid Leukemia. New England Journal of Medicine, 2011; 110810110014063 DOI: 10.1056/NEJMe1106965 Redirecting T Cells et University of Pennsylvania « Genetically Modified "Serial Killer" T Cells Obliterate Tumors in Patients with Chronic Lymphocytic Leukemia, Penn Researchers Report »- (Visuel T Cell Activation (NEJM), vignette « Clinical response in the Patient »)

Accéder à l’Espace Cancéro

Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: Free Web Space | Thanks to Highest CD Rates, Boat Insurance and UK Fiverr